Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2013

Journal désinvolte 4.05.2013

La souveraineté se reconquiert immédiatement, ou point du tout. Là, à cet instant, la royauté du temps éployé, le geste libre, l'improvisation accordée à la lumière au fond des yeux.

*

Lorsque le nostalgique ou le réactionnaire deviennent à leur tour planificateurs, ils succombent à leurs adversaires en leur empruntant des méthodes qu'ils ne peuvent saisir qu'avec maladresse, ou avec un temps de retard. S'il y a un certain panache à jouer des parties perdues d'avance, les contre-révolutionnaires n'en demeurent pas moins, selon le mot de Joseph de Maistre, des révolutionnaires "de complément". L'homme du tradere, qui n'est ni révolutionnaire ni contre-révolutionnaire, ne travaille pas dans les conséquences: il oeuvre à travers les causes, lesquelles sont neuves, recommencées, ingénues: actes d'être.

*

Anarque, disait Jünger, - la liberté vient de l'intérieur, d'une fidélité essentielle et non de la représentation que nous pouvons nous faire d'elle, ou qu'on nous donne. Une obéissance fière est plus libre que cette soumission au n'importe quoi, au demeurant déterminé,  qui s'honore facilement du nom de liberté.

*

Tristesse des temps: ne plus rien laisser au "hasard", - qui est le nom falsifié et profane de la Providence, tout étant aussitôt mis en coupe par les planificateurs. La vie frugale, épicurienne, est tout aussi interdite, si bien que même celui qui se fût contenté de presque rien doit servir le Moloch.

*

Cependant, lorsque tout ce qui est au coeur est oublié, ce coeur d'oubli s'ouvre en corolle prophétique.

*

Les commentaires sont fermés.