Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2013

Journal désinvolte de Luc-Oivier d'Algange, 11/02/2013

En ces temps utilitaires, chacun considère autrui exactement selon l'utilité qu'il peut avoir pour lui. S'ensuit un régime d'exploitation, de bétaillisation et d'extermination.

*

Les humains qui pensent qu'être humain est la vertu suprême me semblent frôler un certain ridicule dans le narcissisme.

*

L'hybris à modifier son environnement, à changer les choses de place, avant précisément qu'elles prennent leur place, voici la planification contre l'harmonie, le néant qui outrecuide au détriment de l'être

*

Ma chance est étroitement liée à mon risque. Tout ce qui me fut offert d'heureux , jusqu'aux degrés où le bonheur semble presque irréel, que nous n'y pouvons croire, me fut toujours donné à mes risques et périls.

C'est aussi une question d'instinct: prendre la tangente sitôt qu'on voudra vous installer dans un de ces contextes propices au suicide que le monde moderne s'ingénie à multiplier au grand bénéfice de la communication générale. Au regard des conditions qui sont faites à la vie, on s'étonne que les gens ne se suicident pas davantage. Un nerf les tient, un vice, une habitude. Tout être doué d'une minimale compassion devrait rendre au vice, qui tient en vie ses frères humains, un sincère hommage. Les moralisateurs s'exposent à être jugés moralement comme des êtres sans compassion ni bonté. Ce qu'ils sont de toute évidence; envieux par surcroît, jusqu'à la folie, des plaisirs qu'ils se refusent.

*

Les démons arpentent désormais le monde en tout sens, et à grande vitesse, en "messageries instantanées". Plus de temps pour les voir venir, comme dans un roman de Buzzati ou de Gracq, ni de frontières sacrées pour les contenir. De même pour les barbares, - l'arme du barbare moderne étant la haute technologie: la technique comme vecteur de magie noire, de l'obscurantisme, de la destruction de la raison.

*

A la magie noire s'oppose la magie blanche. Blancheur frémissante de toutes les couleurs. Couleurs de la "République Larbaud", je vous aime. Jaune, bleu, blanc, plages parfaites, terres tournées vers la mer ou l'océan. Portugal, visage de l'Europe découpé sur l'infini et recevant la puissance du Grand Large. D'un "rien qui est le tout", comme disait Pessoa, nous saisissons soudain qu'il est impossible d'être plus heureux que nous  le sommes à cet instant.

*

Derniers livres parus:

Propos réfractaires, éditions Arma Artis. www.arma-artis.com

Lectures pour Frédéric II, éditions Alexipharmaque. www.alexipharmaque.net

 

Les commentaires sont fermés.