Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2013

Intempestiva sapientia,01/07/2013

Si vous nommez Dieu, votre goût du meurtre et de la servitude, permettez-moi de n'y pas croire. Si vous nommez Dieu, le Bien, le Beau et le Vrai, ne faîtes rien en son nom qui les dissocie. Si vous nommez Dieu, le Vide, laissez-moi le contempler en toute chose.

*

Certains lecteurs semblent avoir raté leur carrière de procureur. Ils lisent vos livres comme des pièces à charge. Spécialistes de la citation tronquée ou faussée, pathologiquement imperméables à l'ironie, voici les incarnations vivantes, et qui entendent être honorées comme telles, d'un "Bien" qui est devenu l'ennemi du Beau et du Vrai. L'Ennemi, - entendons bien.

*

Le lâche accomplit son crime au nom de la morale

*

La nouvelle censure, perfectionnée, ne se livre plus que rarement, et discrètement, à l'éliminiation physique, toujours aléatoire, des livres incriminés: elle travaille désormais à rendre incapable, physiologiquement, de les lire, par divers procédés d'aculturation, de crétinisation et d'ahurissement. Tout cela bien sûr, au nom de la morale qui, par dessus, condamne ces méchants penseurs élitistes et pervertisseurs (comme le furent, par exemple Socrate ou Sohravardî).

*

les "dysfonctionnements" de la société font partie de la société: délinquances lucratives, lenteurs administratives, embourbements et embarras divers, peurs sourdes, hystéries, susceptiblilités, lavages des cerveaux, mais avec des décoctions de fiel: tout contribue à l'état d'hébétude et d'usure de la post-humanité bredouillante et sans défenses voulue par la Tyrannie globale. Lorsqu'il s'agit d'être taxé, surveillé, empoisonné, rassurez-vous, tout fonctionne à merveille. Tout société naît d'une coexistence d'ordre et de désordre. Là où nous sommes, le désordre et l'ordre sont également débilitants. Rien n'interdit d'imaginer des occurrences où l'ordre et le désordre seraient également créateurs.

*

Mon scriptorium : sous le ciel et dans les ramages. La langue des oiseaux n'est pas une métaphore.

*

Comment l'été - souvent la nuit - où le corps semble être si exactement à la même température que l'air, la frontière entre eux incertaine,  devient l'été dans une âme et un corps, "la mer mêlée au soleil", - extases rimbaldiennes, fusions, transmutations. L'alchimie du Verbe est aussi une alchimie des corps. Certaines phrases demeurent incompréhensibles faute, de la part du lecteur, de l'expérience physique dont elles naissent et dont elles témoignent. La métaphysique se traduit en physique, comme le silence se traduit en mots.

*

Ecritures des variations, - ces figures stylistiques sont moins des artifices que des prolongements des structures en mouvement de la nature.

*

Effrayants ces lecteurs d'un nouveau genre qui s'offusquent de trouver dans un livre des mots ou des noms qu'ils ne connaissent pas; et qu'ils ne connaîtront jamais, trop offensés pour ouvrir un dictionnaire ou consentir à apprendre quelque chose de qui que ce soit. On pourrait en conclure, à les considérer, que l'ignorance est une faille du caractère, un excès coupable dans la façon d'être imbu de soi-même; si gonflés et si imbus que plus rien ne peut entrer en eux que ce qu'ils croient déjà savoir.

*

Aux antipodes, les aventureux, les sensuels, qui, de ne pas savoir quelque chose s'en réjouissent comme d'une saveur, d'un pays ou d'un corps à découvrir.

*

Derniers livres parus:

Lectures pour Frédéric II, éditions Alexipharmaque

Propos réfractaires, éditions Arma Artis

www.alexipharmaque.net

www.arma-artis.com

Les commentaires sont fermés.