Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2013

Journal désinvolte 22/02/2013

Un pays: une réalité historique, sensible et intelligible, une poétique de l'espace, des légendes, une tradition. La société: une abstraction anonyme, aux agissements obscurs. La société conduit désormais une guerre civile impitoyable contre le pays. Tout pays est un royaume.

*

L'utilitarisme économique est le siphon où disparaissent toutes les formes élémentaires de la dignité, de l'honneur, de la grandeur d'âme, et avec elles, la nature elle-même; comme il est parfaitement logique que la nature soit souillée à la suite de la spoliation de la Surnature.

*

Lorsque l'on considère, en logique sociale, que certains hommes sont plus utiles morts que vivants, on les tue. Dans les sociétés moins ingénues, plus retorses, on commence par les réduire à la misère et leur ôter la parole. Donner comme horizon d'espérance la "croissance économique", c'est non seulement ôter toute espérance, c'est le faire d'une façon particulièrement insultante.

*

Une société soumise à l'utilitarisme économique s'évertue non à s'enrichir mais à créer les conditions où chacun se trouvera contraint et forcé à ne penser qu'à s'enrichir. Ce qui implique la réduction de tous les espaces, d'autarcie, de luxe, de liberté et de bonheur. L'intelligence humaine s'en trouve extraordinairement rétrécie.

*

La disparition de certaines facultés de l'entendement humain a ceci de fatal, qu'une fois disparues, nul ne se souvient qu'elles furent naguère exercées. Nous assistons à l'installation progressive d'une infirmité normative. La logique décline en même temps que la perception sensible. Tout se ramasse en des émotions primaires (peur, convoitise) dont les publicitaires et les politiciens indistincts usent à loisir. La réduction du spectre du sensible et de l'intelligible rapproche l'homme de la machine dont il convoite les pouvoirs.

*

La haine des nuances est au principe de l'utilitarisme: haine des nuances qui ralentissent l'action, ouvrent à la contemplation "des nuages, là-las, là-bas, les merveilleux nuages" qu'évoquait Baudelaire. Dans le monde moderne, tout homme de nuance est un "extraordinaire étranger". On peut encore différencier quelque peu les sociétés selon l'acceuil qu'elles réservent à cette sorte d'étrangers, dont l'étrangeté est d'autant plus radicale qu'ils n'ont pas quitté leur pays; c'est leur pays qui est chassé autour d'eux, et ils en demeurent les ultimes témoins.

*

Toute la difficulté consiste alors à ne pas dramatiser la situation, à garder sa désinvolture comme l'un de ses biens impondérables.

*

Dernier livre paru (collectif)

Entretiens avec des Hommes remarquables, préface d'Alain de Benoist, éditions Alexipharmaque

www.alexipharmaque.net

Les commentaires sont fermés.