Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2013

Journal désinvolte de Luc-Olivier d'Algange, 08/02/2013

Une certaine désinvolture n'empèche nullement de mesurer les forces en présence, d'apercevoir l'armée noire qui vient sur nous, d'évaluer les conséquences du saccage, la fragilité de la beauté intelligente. Ne pas voir en face de soi cette ténébreuse ennemie, c'est se condamner à de faux combats, se complaire en de fausses tristesses. Entre le moment où nous savons que tout est perdu et le moment même de la perdition, il y a toujours, quelle qu'en soit la durée mesurable, des éternités chatoyantes, des mondes d'extase, d'inconnues flammes claires d'écumes rieuses, des beautés anadyomènes. Rien ne peut empécher la joie d'avoir été, - c'est-à-dire d'être, et mieux encore, dans le creuset du possible, un acte d'être, une ontologie à l'impératif: Esto !

*

L'immortalité de l'âme est une évidence. Ce qui anime s'engendre infiniment dans son propre mouvement.

*

Puritanisme et pornographie, avers en envers d'une époque sans âme, hostile, par définition, restriction mentale et rétrécissement de l'entendement, à l'Eros comme au Logos. Que sera-t-il laissé à notre bon plaisir ? Le choix de nos funérailles ?

*

L'égalité devenue idéologie méconnaît la chance magnifique offerte à chacun d'être plus généreux que son voisin. Egalitarisme et pingrerie. Tout vaut tout, autant ne rien donner à personne.

*

La beauté et la raison ne peuvent pas davantage contre la vengeance de la lourdeur et de la laideur que le plus beau vase chinois contre la main qui veut le briser. Nos plus honorables vertus sont à la merci.

*

" Les Forts, les Sereins, les Légers". C'est ainsi que Stefan George nomme les poètes et les fondateurs, inventeurs d'une civilité à la fois immémoriale et nouvelle. Là tout est nommé de ce qui nous manque, à nous qui vivons au milieu des Faibles, des Excités et des Lourds dont l'activisme pollue le monde d'un vacarme nauséeux. Que cela fasse un peu silence, aussitôt ressurgissent les enchantements, les "paroles ailées". Nos corps se délient, se dénouent, s'enlacent aux mouvements de l'air, à la chorégraphie universelle de tout, à la musique de l'âme du monde. C'est sans effort, avec une énergie librement disponible, au bon plaisir, que la force revient dans le calme, dansante.

derniers livres parus: Lectures pour Frédéric II, éditions Alexipharmaque. www.alexipharmaque.net

Propos réfractaires, éditions Arma Artis. www.arma-artis.com

Les commentaires sont fermés.