Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2013

Le journal désinvolte de Luc-Olivier d'Algange, 3

 

Fausseté ou obsolescence des théories bourdieusiennes: la haute culture européenne est désormais l'apanage des castes dominées, expropriées, insultées. Le plus fervent, le plus lumineux lecteur de Homère est un gueux.

*

" Travailler plus". Mais si le travail n'est plus qu'une activité forcée et machinale ? Faut-il aller encore plus loin dans ce déni de l'otium, dans ce renoncement à la contemplation et à l'action ? Jusqu'à quelle limite de tristesse et de néant ? N'étant pas salarié, vaquant à ma guise, soumis aux seules disciplines que j'invente, offert au grand air, aux rencontres, aux lectures, je me heurte aux vengeurs, aux moralisateurs qui, hypnotisés toutes la journée devant leurs écrans peuplés de statistiques, me disent que je ne sais rien de la "vraie vie". Inutile d'aggraver mon cas en cherchant à les en dissuader !

*

Le perfectionnisme du Moderne. Son incapacité physiologique à supporter le contretemps, l'usure du temps; son goût du lisse, du neuf, de l'inodore et de l'incolore. Il voudrait que sa vie soit aussi surprenante que la mort (telle qu'il l'imagine dans son agnosticisme confortable). Par absence du sens des nuances, le  Moderne vit dans l'alternative de l'ordre policier et du désordre établi. Il ne comprend pas que certaines choses doivent être laissées au désordre, qui est leur ordre naturel, et que d'autres s'ordonnent naturellement par le haut, c'est-à-dire par la Surnature, en décantations et gradations successives.

Les commentaires sont fermés.